extraits Les secrets de mémé

Voici quelques extraits tirés du Roman. Attention risque de spoil.

1)Le jour de ta naissance, elle est venue me voir à la maternité. Elle était ravie que tu sois là. Elle était si fière alors que tu découvrais tout juste le monde. Et elle m’a demandé de te parler de ça, cette année, précisément celle de ta trentaine. Je pensais qu’elle aurait oublié, mais le jour où je suis allé la voir sur son lit de mort, elle m’a rappelé cette promesse faite des années auparavant. Je tiens à honorer la dernière promesse faite à ma mère.

2)Je lâche les feuilles. Tremblante, frissonnante, je suis prostrée devant ces pages. Mes joues trempées de larmes, je suis bouleversée, atterrée.

Inimaginables, impensables, surréalistes, sont les trois mots qui me viennent à l’esprit devant ce texte. 

3)Une fois de plus, je pleure. La tristesse me foudroie, la douleur m’empale.

Les résurgences de ce souvenir macabre m’ont angoissée durant mes grossesses. Souvent, j’ai repensé à cette fin. Souvent, j’ai prié pour ne pas connaître la même chose.

4)J’arrive chez ma mère pour récupérer mon petit dernier. À peine quelques semaines et déjà beaucoup de caractère, comme sa mère, paraît-il ! En entrant, je sens cette odeur que je reconnaîtrais entre mille et le calme qui règne. La douce odeur du café mélangée à celle des bugnes et mon fils qui dort. Tout s’explique.

5) Déjà par mon âge, puis par la réalité des choses. Personne ne m’aurait cru. On m’a souvent prise pour une imaginaire, je n’ai jamais voulu appuyer cet argument. Au mieux je me cachais derrière mon masque ou ne disais rien pour ne pas éveiller d’éventuels soupçons.

6)Une chose est sûre, c’est que leur histoire m’a servi d’exemple. En aucun cas je ne veux que ma vie soit un ramassis de mensonges, de trahison. J’avais vingt-huit ans et ils ont brisé mon dernier rêve, celui de l’amour infini. Malgré toute la rancune que je leur porte, ça reste leur histoire. Je n’ai pas mon mot à dire. Néanmoins, le gouffre est présent, pesant. Je me suis retrouvée seule avec mon chagrin, seule avec cet amoncellement de secrets. Si au moins ça avait été les derniers…6)